L’envolée Sauvage N°305

700,00

1 en stock

Catégorie :

Description

L’envolée Sauvage – Peinture à l’huile – N°305

Cette toile de l’envolée Sauvage représente cette liberté que nous aimerions tous avoir. Il m’arrive de planer ou flotter dans mes rêves, un voyage très agréable qui me donne cette zénitude extraordinaire.

  • Dimension : 73 cm de longueur par 50 cm de hauteur
  • Matériaux : Peinture à l’huile sur toile coton
  • Type de peinture : Pinceaux et couteaux à peindre
  • Style impressionniste

 

L’envolée sauvage

Le vol des oiseaux représente le principal mode de locomotion utilisé par la plupart des espèces d’oiseaux, au cours duquel les oiseaux décollent et volent. Le vol aide les oiseaux à se nourrir, à se reproduire, à éviter les prédateurs et à migrer.

Le vol des oiseaux est une magnifique forme de locomotion les plus complexes du règne animal.

Chaque facette de ce type de mouvement, y compris le vol stationnaire, le décollage et l’atterrissage, implique de nombreux mouvements complexes. Au fil des millions d’années d’évolution, les différentes espèces d’oiseaux se sont adaptées à des environnements, des proies, des prédateurs et d’autres besoins spécifiques, et leurs ailes se différencient et acquièrent multiples formes de vol.

Nombreuses théories existent sur l’évolution du vol des oiseaux

Notamment le vol par chute ou planage (hypothèse de la descente des arbres), par course ou saut (hypothèse de la remontée du sol), par course inclinée assistée par les ailes ou par bondissement.

L’envolée Sauvage le film

Quel est la raison pour le quel je vous présente « L’envolée sauvage, le film »,Il est magnifique et m’inspire dans ma créativité, cette envie d’être libre.

L’envolée Sauvage – L’histoire

Après la mort de sa mère Aliane dans un accident de voiture, Amy Alden, 13 ans, est amenée de Nouvelle-Zélande en Ontario, au Canada, par son père Thomas Alden, sculpteur et inventeur, pour vivre avec lui et sa petite amie Susan.

Lorsqu’une équipe de construction détruit une petite zone sauvage près de la maison des Alden,

Amy trouve un nid abandonné contenant 16 œufs d’oie. À l’insu de Thomas, de Susan et de son oncle David, elle prend les œufs et les garde dans une commode de la vieille grange de son père pour les incuber. Lorsque les œufs éclosent, elle est autorisée à garder les oisillons comme animaux de compagnie.

Thomas demande de l’aide à Glen Seifert, responsable local de la réglementation des animaux, pour savoir comment s’occuper des oies.

Seifert se rend chez les Alden et explique que les oies ont pris Amy pour mère. Il explique que les oies apprennent tout de leurs parents, y compris les routes migratoires, mais prévient également Thomas qu’une ordonnance privée stipule que toutes les oies domestiques doivent avoir leurs ailes pincées (coupées) pour les rendre incapables de voler, ce qui contrarie Amy. Thomas chasse Seifert de sa propriété, mais ce dernier menace les Alden de confisquer les oiseaux s’ils commencent à voler.

Le départ de vol des oiseaux

Thomas décide d’utiliser un avion ultraléger pour apprendre aux oiseaux à voler et leur montrer leurs routes migratoires, mais il se rend vite compte que les oiseaux ne feront que suivre Amy. Avec l’aide de son ami Barry, Thomas apprend à Amy à piloter son propre avion ultraléger.

David connaît quelqu’un qui dirige une réserve d’oiseaux en Caroline du Nord et s’arrange pour que les oies y soient envoyées. Les oiseaux doivent arriver avant le 1er novembre, sinon le sanctuaire sera détruit par des promoteurs qui prévoient de le transformer en lotissement côtier.

Amy et Thomas s’entraînent à piloter l’avion

mais Igor, la plus faible des oies, qui boite, heurte accidentellement l’avant de l’avion d’Amy et atterrit dans une forêt isolée. Alors que le groupe part à la recherche de l’oiseau, Glen Seifert revient à la ferme des Alden et confisque les autres oies. Le lendemain, les Alden libèrent les oies et Amy les guide dans leur migration vers la Caroline du Nord.

L’arrestation d’Amy

Lors d’un atterrissage d’urgence à la station de réserve aérienne de Niagara Falls, dans l’ouest de l’État de New York, sur la rive sud du lac Ontario, Amy et Thomas manquent de se faire arrêter. Ils font la une des journaux nationaux, et les habitants les encouragent.

Thomas et Amy rencontrent une vieille femme qui a une dent contre les tirs d’oie et qui les invite à passer la nuit chez elle.

Ce soir-là, Amy demande à Thomas pourquoi il lui rend rarement visite, à elle et à sa mère. De sa mère, elle sait que ses parents étaient des artistes, qui ont tendance à être égoïstes, et que sa mère est partie pour leur bien à tous les deux. Thomas lui dit qu’il avait peur et qu’il s’en voulait de les avoir laissés partir, et qu’il a passé les dix années suivantes enterré dans son travail. Il s’excuse auprès d’Amy.

Trente kilomètres avant d’atteindre la réserve d’oiseaux

l’avion de Thomas subit une défaillance structurelle et s’écrase dans un champ de maïs ; ayant souffert d’une luxation de l’épaule, il dit à Amy de finir le voyage toute seule. Thomas fait de l’auto-stop jusqu’à la réserve d’oiseaux. En attendant les oies, Thomas, Susan, David, Barry et de nombreux passionnés d’animaux s’opposent aux promoteurs qui attendent de commencer l’excavation du site.

Amy finit par apparaître avec les oies

A la grande joie des habitants de la ville et de la famille d’Amy, et au grand dam des promoteurs. Les habitants et les Alden célèbrent leur victoire. Au printemps suivant, les 16 oies reviennent toutes seules à la ferme des Alden.

Visitez la collection

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’envolée Sauvage N°305”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *