Les 3 filles de joie – N°307

600,00

1 en stock

Catégorie : Étiquette :

Description

Les 3 filles de joie

Pourquoi les « filles de joie », restant très sensible à ces femmes qui vendent leur corps pour vivre ?

  • Dimension : 55 cm de largeur X 45 cm de hauteur
  • Matériaux : Peinture acrylique sur toile en coton.
  • Style : Pop’art
  • Technique : pinceau

Pourquoi les femmes deviennent-elles des filles de joie du sexe, et pourquoi les hommes vont-ils vers elles ?

Qu’est-ce qui pousse certains hommes à payer pour du sexe, et certaines femmes à se vendre et devenir filles de joie ?

Histoire d’une fille de joie

Maria grandit dans une famille aisée. J’ai eu plus de possibilités et de privilèges que la plupart des gens. Mais le divorce de mes parents au cours de ma première année d’université m’a finalement poussée à me mettre complètement en marge de la société.

Au début de ma dépendance au crack, je me suis toujours juré à moi-même et à quiconque qui abordait le sujet que je ne vendrais jamais de sexe pour de l’argent. Malheureusement, je demeurais très naïve et mal informée sur la progression de la dépendance à mon grand désespoir.

Je ne me souviens pas de ma première passe, mais je me souviens de plusieurs. J’ai obtenu des rapports sexuels jusqu’à 12 individus en une journée. Les périodes les plus chargées restaient tôt le matin, lorsque des hommes en costume d’affaires se rendaient au travail, ou à l’heure du déjeuner, lorsqu’ils pouvaient s’éclipser pour un coup rapide.

J’ai commencé à réclamer 90 € à 120 € et, comme j’étais assez jolie et que je n’avais pas l’air fêlée, je pouvais obtenir ce tarif. Pour moi, cela demeurait toujours une question d’argent et toujours pressée d’en finir. Je ne passais pas de temps à parler ou même à faire semblant de m’intéresser aux garçons. Je suis désolée d’annoncer que, le plus souvent, des rapports sexuels non protégés. Par la grâce de Dieu, aucune maladie pour moi. contrairement aux filles de joie

J’ai passé une annonce personnelle dans laquelle je proposais de rencontrer un client dans un hôtel pour une séance privée de lap-dancing. Danseuse depuis trois ans, mais je détestai me rendre dans les clubs. J’appréciais la sensualité et l’intimité de ce métier, mais je détestais la foule, le bruit et la fumée de cigarette. L’annonce insistait sur le fait que les séances ne resteraient que de la danse. J’ai demandé que nous nous rencontrions d’abord dans un lieu public, pour un cocktail ou un café. Je l’ai formulé comme « nous apprenons à nous connaître », mais il s’agissait essentiellement de donner à mon instinct une chance de me dire si je trouverais la sécurité avec cette personne. Polie, mais ferme dans toutes mes demandes. Très peu des personnes qui ont répondu au départ m’ont donné suite, mais celles qui l’ont accompli m’ont semblé respectueuses et saines d’esprit.

Le premier client que j’ai rencontré, un homme de l’extérieur de la ville de Paris. Il semblait très nerveux dans les emails que nous échangions, sans certitude qu’il tienne le rendez-vous que nous avions fixé ce soir-là dans un bar chic.

La première chose qu’il m’a dite, qu’il n’allait pas aller jusqu’au bout de notre rendez-vous, mais qu’il se sentait mal de me poser un lapin et qu’il allait me payer un verre et me donner un pourboire pour mon temps. Nous avons pris un verre ensemble et enfin lui demander ce qu’il recherchait. En tant que danseuse, je connaissais de nombreuses façons de mettre les hommes à l’aise et de les encourager à s’ouvrir à moi.

Il me raconta une histoire familière : sa femme, qu’il décrivait comme « magnifique » et qu’il disait aimer, n’était plus intéressée par le sexe. J’ai entendu de nombreuses versions de cette histoire, et elle me rendait toujours triste. Je ne portais aucun jugement sur l’une ou l’autre personne dans cette relation, mais je compatissais avec tous ceux qui voulaient de l’intimité et de la proximité et qui ne l’obtiennent pas. J’étais passée par là. (Beaucoup de filles de joies vivent ce cas)

Il m’a dit « trop jeune », avec mes 28 ans et lui 53. Il m’a dit à quel point cela lui manquait de toucher, de tenir et de regarder une femme. Nous parlions du besoin humain d’intimité, et j’ai pu constater qu’il voulait vraiment cette rencontre.

Nous nous rendions dans sa très belle chambre d’un bel hôtel. Beaucoup plus intime que de danser dans un club, avec des lumières, du bruit et des distractions. Il a fermé les yeux et m’a à peine regardée, il voulait juste m’enlacer et toucher ma peau.

Nous avons passé un moment agréable et ludique, et nous finissions par passer plusieurs heures ensemble. Il m’a payé à la fin et le fait de compter l’argent a semblé tuer l’ambiance pour nous deux. Je me suis dit que si je recommençais, je demanderais l’argent d’avance.

Puis, en me ramenant au bar, le trajet restait légèrement gênant. Il semblait se sentir bizarre à l’idée de me déposer dans la rue. Je me suis demandé s’il ressentait des regrets pour la séance. Plutôt froid lorsqu’il m’a dit au revoir, je me sentais un peu blessée. C’était le seul moment de la séance où je me suis sentie « sale » par rapport à mes actes sexuels. Je sentais l’impression qu’il me jugeait. J’ai pris la décision consciente de ne pas laisser cela me déranger : je ne le reverrais probablement pas, et il ne s’agissait que d’une transaction commerciale, donc ce qu’il pensait de moi n’avait pas vraiment d’importance. J’aimerais cependant donner ce conseil aux clients : restez gentil avec votre femme de joie, même après l’avoir payée. Vous ne restez pas le seul à obtenir des sentiments sur ce qui vient de se passer.

Dans mon marasme postuniversitaire, je ressentis que ma vie partait à vau-l’eau. Je possédais trois jobs minables à temps partiel, mon compte bancaire à découvert. Alors j’ai commencé à parcourir les annonces de recherche de « danseuses exotiques ». À l’université, j’avais travaillé comme strip-teaseuse pendant environ deux mois et j’aimais la danse. Je gagnais bien ma vie pour un emploi à temps partiel et j’aimais demeurer le centre de l’attention.

Me souvenant qu’une colocataire de l’université s’était inscrite comme escorte sur un service en ligne. J’ai posté des photos sur un site Web d’escortes ou fille de joie, ainsi que mes prix (une énorme somme de 120 € de l’heure).

Mon premier « rendez-vous »  était avec un type qui s’appelait Tim. J’ai conduit deux heures jusqu’à sa maison, les nerfs serrés à l’idée de ce que je pouvais faire. D’âge moyen, d’apparence plutôt moyenne, chauve, en bonne forme physique.

Je ne voulais pas paraître désinvolte quand je parlais du sexe. Il n’y avait rien de spécial, c’était la première fois dans ma jeune vie que je me prostituais littéralement. Dans ma tête, j’hésitais constamment entre la dramaturgie sur la façon dont je me compromettais et blasée sur le fait que tout le monde se prostituait pour de l’argent d’une façon ou d’une autre. Donc, ce que je faisais me convenait très bien. Rétrospectivement, mon opinion sur les filles de joie me paraît bonne si vous comprenez pourquoi vous l’effectuez et ce que vous en retirez, mais vous risquez votre sécurité et votre santé. Pouvez-vous demander un prix suffisamment élevé pour compenser cela ?

Et le sexe n’était rien dont je me souvienne. Il a laissé sa télévision en sourdine sur une chaîne info pendant tout ce temps. Ma plus grande inquiétude de mon manque d’expérience (je n’avais fait l’amour que deux fois dans ma vie). Je craignais ensuite de mon incapacité de remplir deux heures complètes de divertissement sexuel. Pas difficile ! La plupart des gens étaient assez faciles à aborder, et une fois le sexe terminé, on parlait sur l’oreiller et on se frottait le dos.

À part un sentiment de danger presque écrasant tout le temps, tout s’est bien passé.

Au bout de deux mois, moi, la fille de joie a commencé à fixer des rendez-vous avec des hommes et à ne pas me présenter. Je commençais à me demander pourquoi faire l’amour avec des hommes pour de l’argent. Je me sentais rejetée par un ancien amant, et je restais en colère par mon endettement et que je découvrais que mon diplôme universitaire apparaissait sans valeur. Je voulais détruire.

Ma dernière passe m’a fait fuir pour de bon. Un petit homme chauve avec une grosse roue de secours et qui sentait la cigarette. Il a demandé s’il devait porter un préservatif (environ la moitié des hommes demandaient cela). Je lui ai mis le préservatif, puis il m’a fait tourner sur lui-même et m’a poussé contre la commode. La force de cette manœuvre restait inattendue. Il a essayé de me faire obtenir un rapport anal, et j’ai dû lutter pour l’éviter. Cela commençait à ressembler davantage à une violation qu’à une situation que je contrôlais. On m’a jetée en travers du lit et nous avons eu des rapports sexuels (mais pas anaux, au moins). J’éprouvais la peur, mais je n’en ai rien dit.

Il existait une prise de conscience. J’ai toujours éprouvé une confiance en ma force physique et en mon intelligence pour me protéger, mais le simple fait de savoir à quelle vitesse je pouvais être vaincu si je n’étais pas sur mes gardes m’a décidé de tout arrêter.

Maria,

Pensons également à la chanson de Georges Brassens en regardant la vidéo de la « La complainte des filles de joie » dans un cabaret à Paris. Écoutez les paroles touchantes.

Visitez la collection

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les 3 filles de joie – N°307”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.